vase-fourmy-18e siècle

Vase de forme Médicis à fond tabac imitant l’écaille de tortue ; la panse ornée de figures de femmes drapées à l’antique dansant autour d’un brûle parfum ; une frise de palmettes orne le haut du vase terminé par une ceinture en bronze doré, le piedouche est décoré de godrons et de palmette reposant sur un socle carré en bronze doré.

Si la manufacture de Sèvres reste auréolée de tout son prestige acquis durant la seconde moitié du XVIIIe siècle,  les manufactures de porcelaine sont très florissantes au début du  XIXe siècle à Paris, on en dénombre dix-neuf, et les vingt premières années du XIXe siècle peuvent être considérées comme l’âge d’or de la porcelaine de Paris.

C’est dans ce contexte que s’est installé la manufacture dirigée par les frères Chevalier rue de la Pépinière, à l’hotel de Montmorin, Fg St Honoré. Ses réalisations sont d’une très grande élégance tant pour les formes que pour la peinture et la dorure. Mais en 1800, la manufacture est en déclin et est reprise par Jacques Fourmy jusqu’en 1805.

Durant ce laps de temps il invente un procédé pour fabriquer des  » grès-porcelaines » Cela lui vaudra une médaille d’or et sera connu sous le nom de « Hygiocérame », et Fourmy publie en 1802 le résultat de ses recherches dans un  » Mémoire sur les ouvrages de terres cuites et particulièrement sur les poteries par le Cn Fourmy fabricant d’hygiocérame ».

Alexandre Brogniart ( 1770 – 1847), directeur de la Manufacture de Sèvres très admiratif devant la qualité de sa production, le charge de faire des essais pratiques pour propager sa découverte.

En tant que scientifique et minéralogiste, Brogniart ne pouvait rester indifférent à certaines nouvelles décorations imitant des matériaux précieux.

Le fond écaille est employé à la manufacture de Sèvre pour la première fois en 1790, dix ans plus tard on retrouve ce même décor sur des vases « cordelier » livrés pour la galerie d’Apollon au château de Saint-Cloud et en 1803 pour le servie utilisé par l’Empereur au Palais des Tuileries et nommé  » service écaille ».

De la manufacture de Fourmy il subsiste un vase cornet en porcelaine à fond écaille décoré de palmettes d’or d’une très haute qualité, daté 1802 (Conservatoire des Arts et Métiers).

Fourmy ne fut pas le seul à produire des fonds écaille, Schoelcher en 1803 vantait les siens avec raison, Dihl, Pouyat en fabriquèrent également.

Jacques Fourmy ( 1757 – 1832) est le fils d’un faïencier de Nantes où il dirige une manufacture de porcelaine. Celle-ci ferme en 1790, et il se retrouve à Lorient, puis vient s’établir à Paris rue de la  Pépinière jusqu’en 1805. Alexandre Brogniart lui demande de travailler pour la manufacture de Sèvres, mais en 1810, il quitte Paris pour s’installer dans les Vosges à Andenne dans la manufacture de J. Wouters.

détail
détail
détail
détail
vase-fourmy-18e siècle



Catégories : objets d'art