23 x 20 cm

37 x 34 cm avec le cadre

Bouquet de fleurs de lilas, roses, tulipes perroquet, liseron, pivoines, marguerites et primevères sortant d’un panier en osier posé sur un entablement.

Reprenant les codes des natures mortes hollandaises du XVIIe siècle, l’œil est attiré sur une grande diagonale par trois insectes: dans le haut à gauche, un papillon, au centre une coccinelle et une abeille montant sur l’entablement.

Si les fleurs coupées annoncent la fin de la vie, les insectes à la vie brève s’accordent avec cette symbolique. Si l’on reprend la symbolique présente dans les tableaux du XVIIe siècle, de l’abeille on passe visuellement à « la bête à  bon Dieu » dont la réputation est de porter bonheur pour arriver au papillon annonçant la résurrection et le salut.

Cette magnifique composition évoque notre passage sur terre se terminant par l’espoir d’un repos éternel.

signé Elisa Bard. janvier 1850

Elisa Bard, peintre de fleurs sur porcelaine non répertoriée – XIXe siècle

Catégories : objets d'art